Vous êtes ici : Accueil > Littérature > Contes > Cendrillon
Publié : 24 mai 2004

Cendrillon

Charles Perrault

Roberto Innocenti

Grasset Jeunesse, Collection Monsieur Chat, 32 pages, 2001

niveau 1

Mots clés :
- Conte, point de vue, transposition, trilogie
- Conte traditionnel, maltraitance, humiliation, punition, métamorphose

Auteur

Charles Perrault (1628-1703), écrivain français, est né à Paris. Contrôleur général de la surintendance des bâtiments, il doit surtout sa célébrité à la publication de contes pour enfants, les fameux "Contes de ma mère l’Oye". Au XVIIe siècle, Charles Perrault publie ses contes alors que la mode est aux contes de fées qui sont essentiellement des créations littéraires. Les Histoires ou Contes du temps passé, ou Contes de ma mère l’Oye, paraissent en 1697. La préface précise que ces « bagatelles » se racontent « dans les huttes et dans les cabanes ». Ainsi revendiquée, leur origine populaire se trouve d’une certaine façon authentifiée par les archaïsmes et les expressions « basses » qui émaillent un style littéraire.
Le succès de l’ouvrage sera immédiat et durable : la littérature de colportage et les ouvrages scolaires s’en empareront, et Perrault restera dans la mémoire collective.

Illustrateur

Roberto Innocenti est né en 1940 à Bagno a Ripoli (Florence). Autodidacte, il est tour à tour vendeur dans une galerie d’art, graphiste publicitaire, affichiste, et se consacre aujourd’hui à l’illustration. Il collabore à de nombreuses maisons d’éditions internationales.
Très célèbre en Italie, Roberto Innocenti a d’abord été publiciste pour des magazines de luxe et affichiste pour le cinéma et la théâtre.

Éléments d’analyse

Structure de l’œuvre
Voir la fiche "Le conte"

Spécificités littéraires
Perrault a écrit à sa façon un conte de tradition orale.
Dire et écouter un conte, c’est partager des émotions, échanger des points de vue. Le conte apporte à l’enfant une trame narrative riche en structures et en personnages ; il plonge son lecteur ou auditeur dans un univers imaginaire, symbolique et structurant.
Raconter le conte plusieurs fois lui confère un statut d’œuvre littéraire.
Ce qui fait la beauté et le mystère d’un conte, c’est son caractère énigmatique. Avoir une attitude d’interrogation face au conte.

Les thèmes employés dans les contes sont souvent récurrents et universels. Une des plus anciennes versions de Cendrillon que l’on connaisse est chinoise et on en retrouve la trame dans un roman japonais du Xe siècle.

Pistes d’interprétation :
Son adaptation  : D’après Marc Soriano, dans son livre Les contes de Perrault, le conte de Cendrillon ne figure pas dans le manuscrit de 1695 comme Riquet à la Houpe ou Le Petit Poucet. La première version écrite date de 1697. Charles Perrault a travaillé directement sur le conte populaire tel qu’il a toujours existé sous sa version orale. Son adaptation est, selon lui, très fidèle au récit original. « L’auteur conserve avec soin le motif du soulier, l’épisode de l’essai, le bal, le rythme ternaire du récit (les trois robes, la rencontre avec le prince) ; l’expression est simple et pleine d’émotion. » Selon les interprétations, Cendrillon va une, deux voire trois fois au bal. Perrault décide d’éliminer la troisième sortie. Ainsi, les deux scènes de bal sont interprétées de deux manières différentes, la première par Cendrillon elle-même, la seconde par les deux méchantes sœurs. Ce qui permet l’approfondissement des personnages.

Autre variation  : la pantoufle de verre : ce détail intrigue tous les commentateurs du conte car elle semble être l’élément insolite de l’histoire. Balzac posait une objection : Comment une pantoufle de verre pourrait-elle ne pas casser au moment où elle est jetée parterre ? Tous s’unissent pour affirmer que ce détail, aussi insignifiant soit-il, prend des proportions plus vastes lorsque l’on s’interroge sur sa portée réelle au sein du conte. Perrault aurait mis un contrepoids absurde à la féerie du conte pour y ajouter une ironie légère, élément qui nous fait réfléchir à deux fois à la signification du texte.

Illustrations :
Réédition de la célèbre collection "Il était une fois...", débutée en 1983. Cette collection (presque mythique désormais) proposait des textes classiques, revisités par les plus grands noms de l’illustration. Voici donc, le Cendrillon, façon année 20, de Roberto Innocenti. Ces images avaient été réalisées à l’origine en grand format. Cette réédition les reprend en format réel.
Innoncenti explique qu’il ne laisse pas de blanc dans ses illustrations d’après une technique utilisée par beaucoup d’autres dessinateurs. « Je crois que le contenu d’une image riche doit offrir à l’enfant tout ce qui pourrait l’emporter dans l’imagination ».
Roberto Innocenti, par ses illustrations interprète le conte de Perrault et lui donne un point de vue différent, transposé dans le temps, dans l’Angleterre post-victorienne des années 20. La douce Cendrillon triomphe, mais l’image de cette « jeune » femme, à la dernière page du conte de fées, qui fume d’un air nostalgique, l’album de mariage sur les genoux, entourée de bouteilles vides et de fleurs fanées, pourra interroger les lecteurs et susciter le débat. Cette dernière image symbolise le point de vue de l’illustrateur et laisse le lecteur à sa propre interprétation du conte. Cendrillon a-t-elle vécu longtemps ? A-t-elle été heureuse ?...

Propositions d’activités

Sur le texte :
Ce roman imparti au niveau 1 dans la liste proposée peut être étudié sur les trois niveaux.

Lire :

  • Organiser la classe en deux groupes : Proposer la version de Perrault à mettre en relation avec celle de Grimm, empreinte de christianisme, dans laquelle la punition des méchants est confiée aux colombes, représentantes de Dieu.
  • La mise en réseau du conte avec d’autres permettra d’explorer le thème des métamorphoses, ou des personnages archétypes comme la marâtre, la fée-marraine et le prince charmant.
  • Avec le groupe classe : dégager la structure narrative :
    • Etat initial
    • Complication
    • Action
    • Résolution
    • Etat final
  • Remettre en ordre des paragraphes des contes (travail important sur la syntaxe narrative avec les connecteurs comme indices) afin de dégager la structure narrative.
  • Placer les phrases du conte (en les numérotant) dans un tableau reprenant la structure narrative, Comparer les tableaux avec d’autres contes lus.
  • Repérer les personnages, leur identité, leur type, leur rôle, leur caractère et leur comportement. Rechercher, dans le texte, comment ils sont désignés.

Parler / Dire (mise en voix) :
- Il y a toujours, même si l’enfant sait lire, le plaisir d’écouter un conte, le plaisir d’une complicité avec l’adulte, d’une présence vivante et chaleureuse, qui sécurisent et permet le dialogue.
- la lecture à haute voix étant souvent une épreuve difficile pour les élèves, il est préférable de proposer aux élèves de lire le conte pour eux-même et de demander à un groupe d’élèves de s’entraîner à une oralisation en vue d’une « lecture publique », ce qui légitime la répétition et l’amélioration de la diction.
- Choisir un paragraphe du texte, le présenter en donnant les raisons de son choix.
- Donner et argumenter sa perception des personnages.
- Décrire et commenter les illustrations.

Mise en voix :
- Faire raconter le(s) conte(s) par petits groupes d’enfants en leur demandant au préalable de dessiner sur une bande de papier les personnages et les différents épisodes dans l’ordre d’apparition.
- Mise en scène du conte : Rédiger pour chaque réplique, les didascalies indiquant le ton et l’attitude des personnages. Réaliser une bande-son.

Ecrire :
- des variantes en définissant le plus clairement possible les règles de fabrication. On pourra s’inspirer de la lecture d’écrivains (Pierre Gripari, Michel Tournier, Pierrette Fleutiaux, Roald Dahl,...) qui ont écrit des contes parodiques.
- un autre conte sur la même structure en introduisant, comme le propose Gianni Rodari, un élément intrus et moderne pour faire « dérailler » l’histoire. Illustrer ce nouveau conte.
- la règle du jeu de l’oie avec des personnages de contes. Créer le jeu de l’oie géant.
- Une histoire autour d’un objet du quotidien (cuillère en bois, brosse à dent...) ou un légume (concombre, tomate). Improviser en petits groupes une histoire pour donner vie et magie à l’objet.
- Etablir la carte d’identité des personnages, en relevant les indices du texte : nom : prénoms : âge : caractéristiques morales :
- Pour les élèves qui ont acquis les notions de situation initiale et situation finale, donner à inventer une séries d’aventures à partir d’un relevé de protagonistes. Commencer par retracer la narration par des dessins puis travailler l’écriture, particulièrement les connecteurs de temps. (les enfants auront à leur disposition le tableau des verbes conjugués au présent, à l’imparfait, à la 3ème personne du singulier ou du pluriel pour le passé simple ; la liste, élaborée par les élèves, des connecteurs utiles).

Sur l’image :
- illustration de son propre conte.
- Composer des illustrations de contes de façon non figurative en s’interrogeant sur la force de signification des couleurs par exemple.
- En établissant un code de forme et de couleur (cf. Cendrillon, Le petit chaperon rouge, Le petit poucet... dessiné par Warja Lavater Ed. Adrien Maeght (surprenants petits livres « accordéon » où l’histoire est uniquement racontée à travers des lithographies.)
- Transposer le conte dans une nouvelle époque (aujourd’hui, au Moyen-âge...) et réaliser les illustrations. Une recherche sur les costumes et la vie de l’époque est indispensable.
- Réaliser un roman-photo

Sur le contexte :

Sur la mise en réseau

  • Autour des contes :
    • Les contes sont des « trésors » de la littérature. A ce titre, les mettre en réseau permettra à l’enfant d’entrer progressivement dans la richesse des livres et le bonheur de devenir lecteur.
  • Autour du point de vue :
    • A partir d’autres versions de Cendrillon : voir Mange moi
    • A partir d’adaptations des contes classiques (Blanche-Neige, Cendrillon, le Trois petits cochons....) : voir Mange moi
    • A partir d’adaptations musicales, chorégraphiques, cinématographique : voir Le petit navigateur illustré

Bibliographie

De l’auteur
Les Murs de Troie ou l’Origine du Burlesque - 1653
Portrait d’Iris - 1659
Portrait de la voix d’Iris - 1659
Ode sur la paix - 1660
Ode sur le mariage du Roi - 1660
Dialogue de l’amour et de l’amitié - 1660
Discours sur l’acquisition de Dunkerque par le Roi - 1663
La Peinture (poème) - 1668
Le Parnasse poussé à bout - 1668
Courses de têtes et de bagues faites par le Roi et par les Princes et Seigneurs - 1669
Critique de l’Opéra - 1674
Deux poèmes à la louange du Roi (un poème de Perrault, l’autre de Quinault) - 1674
Recueil de divers ouvrages en prose et en vers - 1675
Harangue faite au Roi après la prise de Cambrai - 1679
Poème à la Louange de Mr Brun - 1681
Le Banquet des Dieux pour la Naissance de Monsieur le Duc de Bourgogne - 1682
Aux Nouveaux Convertis (composé à l’occasion de la révocation de l’Edit de Nantes) - 1685
Saint Paulin, évêque de Nole (dédié à Bossuet)- 1686
Epître chrétienne sur la pénitence - 1686
Le Siècle de Louis le Grand - 1687
Ode à Mgr le Dauphin sur la prise de Philisbourg - 1688
Parallèle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde les arts et la Science (origine de sa brouille de 9 ans avec Boileau et d’un épisode fameux de l’histoire des lettres) - 1688
Le Cabinet des Beaux Arts (recueil d’Estampes commentées par Perrault) - 1690
Au Roi, sur la prise de Mons - 1691
La Création du Monde - 1692
La Chasse (poème humoristique) - 1692
Ode au Roi - 1693
Dialogue d’Hector et d’Andromaque - 1693
L’Apologie des Femmes - 1694
Le Triomphe de sainte Geneviève - 1694
L’Idylle à Monsieur de la Quintinie - 1694
Les Hommes illustres qui ont paru en France... - 1696 à 1700
Les contes de Perrault (ou Conte de ma mère l’Oye ) - 1697
Adam, ou la création de l’homme... (poème) - 1697
Portrait de Bossuet - 1698
A Monsieur de Callières sur la négociation de la Paix - 1698
Traduction des Fables de Faërne - 1699
Ode au Roi Philippe V, allant en Espagne - 1701
Ode pour le Roi de Suède - 1702
Le Faux Bel Esprit (satyre) - 1703
Le Roseau du Nouveau Monde (poème sur la canne à sucre) - 1703
Mémoire de ma vie - Posthume 1755
L’Oublieux (comédie) - Posthume 1868
Les Fontanges (comédie) - Posthume 1868
L’Enéide Burlesque - Posthume 1901

De l’illustrateur

Roberto Innocenti , auteur d’ouvrages illustrés  :
Rose blanche, Gallimard, 1990.
Avec J. Patrick Lewis, L’auberge de nul part, Gallimard jeunesse, 2002.

Les ouvrages illustrés par Roberto Innocenti  :
Christophe Gallaz, Rose Blanche, Script Editions, 1985.
Carlo Collodi, Les aventures de Pinocchio, Gallimard, 1988.
Charles Perrault, Cendrillon, Gallimard, 1990
Charles Dickens, Un Chant de Nöel, Gallimard, 1991.
Ernest Theodor Wilhelm Amadeus Hoffmann, Casse-Noisette, Gallimard, 1996.
Charles Perrault, Cendrillon, Grasset jeunesse, 2001.
J. Patrick Lewis, L’auberge de nulle part, Gallimard jeunesse, 2002.

Critiques  :
Les Contes de Perrault, de P. Saintyves, Nourry, 1923.
Autour des contes de fées, de J. Roche-Mazon, Didier, 1968.
Les Contes de Perrault, culture savante et traditions populaires, de Marc Soriano, Gallimard, 1968.
Le Dossier Perrault, de Marc Soriano, Hachette, 1972.
Psychanalyse des contes de fées de Bruno Bettelheim, Laffont, 1976.
Introduction aux contes de Grimm et de Perrault : histoire, structure, mise en texte, de Lilyane Mourey, _ Lettres Modernes, 1978.
Le pouvoir des contes, de Georges Jean, Casterman, 1981.
La Petite Fille dans la forêt des contes, de Pierre Peju, Laffont, 1981.
Le conte de fées littéraire en France de la fin du 17ème siècle à la fin du 18ème siècle, de Raymonde Robert, Presses Universitaires de Nancy, 1981.
Les contes et leurs fantasmes, de Jean Bellemin-Noël, PUF, 1983.
Du sang et du sexe dans les Contes de Perrault, de Jean-Pierre Mothe, L’Harmattan, 1999.
Ouvrages de dames, miroirs des femmes - Les contes, in _ Nous voulons lire n°123, Actes du 2ème colloque d’Aspe, mai 1997, autour du tricentenaire des Contes de Perrault.
Le complexe de Cendrillon : les femmes ont secrètement peur de leur indépendance, de Colette Dowling, Grasset, 1982.

Sitographie
La liste de toutes les Cendrillon du monde, de la Cendrillon chinoise à l’égyptienne en passant par la Cendrillon coréenne ( anglais )
http://halltvcharacters.com/fairy_tales_folk_tales/8.shtml

CENDRILLON Par les Frères Grimm (fichier au format .PDF) voir document joint

Documents joints